La journée d’étude de l’Adrhess du vendredi 10 décembre 2010 s’est tenue au FLAP Jean Monnet à Paris, réunissant une centaine de personnes.

Il s’agissait, comme l’a indiqué le président de l’Adrhess, Jean-Marie Barbot, dans son discours d’ouverture, de confirmer que l’amélioration des conditions de travail constitue un objectif essentiel de la politique des ressources humaines à l’hôpital. Le vieillissement du personnel, la pénibilité du travail favorisent l’émergence de cette problématique et nécessitent de développer une politique de prévention dans ce domaine.

La santé au travail est également un élément de dialogue social sur lequel il faudra compter.

Catherine Vialard, médecin du travail et George Coudraye, ergonome, tous deux au CHU de Rennes ont présenté le travail qu’ils ont conduit pour prévenir les risques musculo-squelettiques.

Ils ont tout d’abord rappelé la responsabilité de l’employeur dans ce domaine.

Le CHSCT du CHU de Rennes est à l’initiative de la démarche et la cellule de travail réunit le médecin du travail, l’ergonome et un représentant du CHSCT.

Le constat fait par ces acteurs était une augmentation des accidents de travail, une constance du nombre élevé des maladies professionnelles, un vieillissement des personnels et des populations soignées. Ils ont procédé à une phase d’observation sur le terrain qui a fait l’objet d’un bilan :

Celui-ci recommandait des travaux adaptés, le renforcement des dispositifs d’aide à la manutention, une formation accrue des professionnels quant aux gestes et postures, et la maintenance curative mais aussi préventive des équipements (roulettes qui roulent et freins qui freinent !).

Il a également été recommandé de former les professionnels, dès la livraison de nouveaux équipements.

Le recours à des tableaux de bord adaptés repérant les personnels les plus exposés (les aides-soignants) et les parties du corps les plus traumatisées (le rachis) ainsi que les services, formalise une veille indispensable à la mise en œuvre d’actions ciblées.

Enfin, en tant que modérateur, j’ai encouragé les établissements à recourir plus systématiquement aux ergonomes pour accompagner ces démarches.

La matinée s’est poursuivie par la restitution de la chercheuse Mme Nathalie Broessel, maître de conférence des universités, sur les conditions de travail des cadres de proximité
Cette recherche a porté sur les cadres des hôpitaux publics du Grand Est.

* « Les cadres de santé sont un maillon important de l’hôpital » est l’hypothèse de sa recherche. À ce titre, il convient que l’institution préserve la santé de cette ressource indispensable. La revue de littérature sur ce sujet témoigne d’un déséquilibre entre les attentes de l’organisation, les objectifs fixés et les moyens qui sont donnés aux cadres pour les atteindre ou pour répondre à ces attentes. Ce déséquilibre est alors générateur de stress.

Afin de vérifier l’hypothèse dans les hôpitaux étudiés, un questionnaire retourné par 500 cadres a été exploité. Le questionnaire portait d’une part, sur les conditions de travail des cadres et d’autre part, sur des éléments cliniques.

La discussion des premiers résultats met en évidence :
* qu’il existe pour les cadres de santé des contraintes psycho-organisationnelles (constatation dominante) ;
* également, mais de manière moins saillante, des signes de troubles musculo-squelettique dus à des manutentions et des postures (26 % de l’échantillon présente des douleurs d’épaule) ;
* un état dépressif supérieur aux données statistiques nationales.

La reconnaissance des cadres est une dimension essentielle pour l’hôpital.
L’après-midi, Marc Dimon, délégué régional de l’ANFH Provence-Alpes-Côte-d’Azur, a exposé les actions de l’ANFH en matière de santé au travail.

Il s’agit d’actions coordonnées allant de la sensibilisation des acteurs de l’hôpital à la problématique des conditions de travail (action nationale de « prévention des troubles psycho-sociaux ») au projet PACTES (projet d’amélioration des conditions de travail en établissement de santé), en passant par la convention avec le Fonds pour l’insertion des handicapés dans la fonction publique (FIP HFP).

La convention avec le FIPHFP a pour objet de maintenir dans l’emploi les agents handicapés que l’hôpital produit du fait de la pénibilité de certains de ses métiers. L’accord FIPHFP/ANFH permet le financement à cet effet des actions de formation qualifiante pour les personnels concernés, mais aussi des prestations pour accompagner les hôpitaux dans la rédaction de leur politique du handicap (50 jours maximum de conseil).

* Le projet PACTES est une initiative de l’ANFH-Provence-Alpes-Côte-d’Azur qui souhaite contribuer par ses actions à la fidélisation des professionnels de santé par l’amélioration de leurs conditions de travail.

Ces financements permettent aux établissements de bénéficier d’audits et de formation en ergonomie.

Le modérateur, de l’après-midi, Dominique Cigan, DRH du CH de Maison Blanche remarque la pertinence de ces actions pour maintenir les agents publics dans l’emploi.

Sébastien Plnatadis, chef de bureau à la direction de l’offre de soins, a ensuite présenté les points essentiels de l’accord interfonction publique santé et sécurité au travail signé le 25 novembre 2009 avec 7 des 8 organisations syndicales représentatives.

* Celui-ci prévoit la naissance d’un observatoire national de la santé au travail dans la fonction publique, formation spécialisée au sein de l’instance commune et nationale relative au dialogue social
tout comme un plan national de lutte contre les risques psycho-sociaux et enfin le développement d’une culture de prévention.

* La fonction publique hospitalière est d’ailleurs en avance sur les questions traitées par l’accord par rapport aux deux autres fonctions publiques d’État et territoriale, en ce qui concerne notamment la mise en place des CHSCT.

Pour M. Plantadis, la mise en œuvre de l’accord concourra à une gestion moderne des ressources humaines et au bien-être des agents.

À l’issue de cette journée, était réunie l’assemblée générale de l’Adrhess, qui a approuvé les nouveaux statuts et procédé au renouvellement du conseil d’administration de l’association.

Dans la continuité de l’action engagée depuis 2008, l’Adrhess développera en 2011 ses activités en partenariat avec les différents acteurs hospitaliers concernés par l’évolution des ressources humaines à l’hôpital.

À l’occasion des 25 ans de la loi de 1986, l’Adrhess organisera à la Cité Internationale de Paris, le 13 mai 2011, un important colloque portant sur l’évolution de la fonction publique hospitalière et sur la professionnalisation des acteurs RH à l’hôpital.

auteur: Michel Louis-Joseph-Dogué
* Centre hospitalier Théophile Roussel
http://www.adrhess.fr/

Publicités