Afin de lutter contre le stress, une entreprise anglaise a instauré le vendredi déshabillé : les salariés travaillent dans leur plus simple appareil…
Surfant sur la tendance à la décontraction, une agence anglaise de graphisme propose à ses employés de venir nus pour mieux conclure la fin de semaine. Est-ce la volonté d’abolir une hiérarchie vestimentaire ? A moins que ce ne soit plus probablement l’envie de faire le buzz sur Internet ? De ce point de vue, l’opération est réussie.

L’entreprise, frappée par la crise économique, s’apprêtait à licencier. Aussi, l’ambiance devenait morose et le psychologue du travail, David Taylor, a-t-il été appelé à la rescousse. Sa recommandation aux salariés : déshabillez-vous ! «En enlevant leurs vêtements, ils enlèveront également leurs inhibitions et pourront se parler plus ouvertement et honnêtement. C’est en fait la meilleure expression de confiance en soi-même et envers les autres», argue le consultant. Le procédé était déjà utilisé par Urho Kekkonen, président finlandais, qui entraînait les autres chefs d’Etat en tenue d’Adam au sauna pour apaiser les tensions lors d’âpres négociations.
«Au début, il y a eu beaucoup de sceptiques», reconnaît le psychologue. Mais au fil des semaines, les uns et les autres abandonnèrent jupons et vestons, chaussettes et chemisettes, bottes et culottes. Seul un homme refusa de se dévêtir et deux femmes gardèrent leurs sous-vêtements. Pour convaincre le personnel à franchir le pas, David Taylor a instauré quelques exercices. Par exemple, les salariés étaient invités à photocopier certaines parties de leur corps. «Après un certain temps, je me sentais complètement libéré du stress et de la pression», raconte un employé. «A présent, notre relation de travail est beaucoup plus libre, plus simple et directe», se réjouit ce naturiste converti. «Il n’y a plus de barrière qui nous sépare», complète un collègue, tout aussi ravi.

Délestés de leurs fardeaux vestimentaires, les salariés ont redoublé d’efficacité. Au point qu’au lieu de licencier, la direction a recruté deux nouveaux employés. Le buzz médiatique n’y a sans doute pas été étranger. Le naturisme, une solution à la crise ?

Par Fabien Fournier (lefigaro.fr)

Publicités