Sensible aux drames humains, largement médiatisés, qui se sont produits dans plusieurs grandes entreprises ou établissements publics, et notamment chez France Telecom, la commission des affaires sociales a souhaité mieux comprendre les raisons qui ont pu conduire au suicide de salariés ou d’agents public, parfois même sur leur lieu de travail.
Elle a constitué, le 28 octobre dernier, une mission d’information sur le mal-être au travail, qui a débuté ses travaux au mois de janvier et les a achevés le 30 juin dernier. Trente-six auditions ou tables rondes ont été organisés, ainsi que deux déplacements sur le terrain, le premier au Technocentre de Renault à Guyancourt, le second dans un centre d’appels de France Telecom.

Un diagnostic préoccupant !

Plusieurs indicateurs laissent à penser que le mal-être au travail est répandu et en progression :
– le comité d’experts sur le suivi statistique des risques psychosociaux, mis en place à la demande du ministère du travail en 2008, a rassemblé et synthétisé les données disponibles ; elles mettent notamment en évidence le fait que plus d’un salarié sur cinq se plaint de devoir gérer une charge de travail excessive, que 30 % déclarent être victimes d’agressions verbales ou souffrir de conflits de valeurs, c’est-à-dire de l’obligation d’accomplir dans leur travail des choses qu’ils désapprouvent ;

suite sur www.stayzen.fr

Publicités