CA (NASDAQ : CA), l’un des principaux éditeurs indépendant de logiciels pour la gestion des systèmes d’information, publie les résultats d’une nouvelle enquête indépendante : l’Indice « CA Web Stress Index » 2009.

Cette étude révèle que les employés français sont soumis à des niveaux inacceptables de « Web Stress ». « Les applications Web sont au cœur de la plupart des entreprises et l’essentiel de notre travail professionnel, dépend de ces applications, ou est influencé par elles. Elles sont vitales pour l’activité, car toute baisse de performance de leur part entraîne automatiquement une baisse de la productivité ainsi que du moral des employés et peut avoir des conséquences directes sur la vie de l’entreprise, » explique Kobi Korsah, Directeur Marketing Produits APM, pour la région EMEA chez CA.

Frustration, baisse du moral et de la productivité des troupes : des symptômes du web stress dus à l’inefficacité des applications Web selon l’étude. Le coût financier du stress au travail a déjà été évalué au sein de l’UE à 20 milliards d’euros par an[1], et, la performance de l’activité étant plus que jamais une question vitale dans la conjoncture économique actuelle, les entreprises intelligentes sont celles qui prennent au sérieux la question du « Web Stress ».

L’étude « Web Stress » confirme que les applications Web jouent un rôle de plus en plus important dans le monde du travail. Pas moins de 70 % des employés affirment les utiliser plus aujourd’hui qu’il y a deux ans, et la quasi-totalité (93 %) des personnes interrogées reconnaissent qu’elles seraient dans l’incapacité d’effectuer les tâches qui leur sont confiées sans elles. Pourtant, 22 % des sondés affirment être confrontés quotidiennement à des problèmes d’efficacité des applications tandis que 33 autres pour cent indiquent que le problème se pose sur une base hebdomadaire. Plus inquiétant, 83 % expliquent qu’ils sont forcés d’utiliser certaines applications métier même lorsque celles-ci ne fonctionnent pas convenablement, d’où des pertes de temps et de productivité.

Employés déçus par leurs applications web = « Web Stress »

L’économie actuelle repose en grande partie sur Internet, et les attentes des utilisateurs à cet égard sont grandes. Ils souhaitent disposer d’applications web toujours disponibles et réactives. En effet, l’étude montre que 43 % des employés ne laissent à l’application qu’un délai de réponse de 10 secondes avant de passer à autre chose. 68 % perdent patience au bout de 20 secondes, et 80 % auront dépassé leur seuil de « Web Stress » au bout d’une minute et iront voir ailleurs. Lorsqu’on leur demande au bout de combien de temps ils estiment qu’un problème ou une erreur doivent être résolus, les personnes interrogées affichent, là encore, des exigences très élevées. 36 % affirment que les problèmes doivent être résolus dans les 10 minutes, 74 % dans l’heure et 96 % au maximum dans la journée.

Le « Web Stress » survient lorsqu’une application web fonctionne mal et ne répond pas aux attentes de l’utilisateur. Ces difficultés ont un impact négatif sur les conditions de travail et suscitent des émotions négatives. 78 % des sondés affirment que ce problème occasionne des pertes de temps et une baisse de la productivité, 45 % reconnaissent qu’il les met en colère et 44 % qu’il les empêche de s’épanouir au travail.

Pour les entreprises, le stress au travail de type « Web Stress » se traduit souvent par un renouvellement important du personnel, un niveau élevé d’absentéisme et de congés maladie, des départs à la retraite prématurés, des niveaux de performance médiocres, des dépassements de délais et une faible productivité.

Alexander Kjerulf, « Responsable de la qualité de vie au travail du projet Happy at Work (le bonheur au travail) » témoigne : « Les entreprises attendent de leurs employés efficacité et productivité, mais lorsque les systèmes informatiques ont des défaillances, les employés subissent du stress et une frustration car ils ne disposent plus des moyens nécessaires pour réaliser efficacement même les tâches les plus simples. En tant qu’intervenant en entreprise, auteur et consultant sur les questions liées au « bonheur au travail », je me rends dans de nombreuses entreprises du monde entier et le problème le plus fréquemment rapporté est celui du mauvais fonctionnement des systèmes informatiques, au premier rang desquels les applications web dont les dysfonctionnements engendrent du stress chez les employés, des baisses de productivité, de l’absentéisme et une rotation importante du personnel. Un employé heureux est un employé efficace, compétent et apportant de la valeur ajoutée. Plus que jamais, l’efficacité et la stabilité des applications web sont des conditions indispensables pour que chacun puisse travailler efficacement. »

Autres tendances révélées par cette enquête :

- 72 % des personnes interrogées indiquent que les problèmes informatiques internes à l’entreprise contribuent à détériorer l’image qu’ils ont de leur employeur

- Lorsque le système informatique de l’entreprise est inadapté, 48 % des employés ne recommandent pas leur employeur à des tiers et 28 % d’entre eux envisagent de quitter l’entreprise

Méthodologie de l’étude

L’Indice « CA Web Stress Index » 2009 a été réalisé par un institut de sondage indépendant, Redshift Research. Elle a porté sur 1 000 personnes employées dans différentes organisations et utilisant un PC plus de quatre heures par jour. Elle a été réalisée en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni en mai 2009 au moyen d’un questionnaire en ligne, auquel ont répondu 200 personnes par pays.

Accédez à l’étude complète portant sur les différents pays européens et une vidéo de présentation, en cliquant ici.

Publicités