très bel article de Antonin GAUNAND disponible sur son blog :

http://www.antonin-gaunand.com/leadership/le-leadership-n-est-pas-reserve-aux-managers/

extrait :

«  »

L’Observatoire Cegos a publié en avril 2009 une étude sur les modalités de formation mises en œuvre dans quatre pays européens : France, Royaume-Uni, Espagne et Allemagne. 2355 salariés et 485 DRH ou responsables de formation ont été interrogés pour cette enquête qui révèle que les salariés français sont peu formés au leadership par rapports à leurs homologues européens.

Au terme de cette étude, les formations au leadership ne concernent en effet que 6 % des équipes françaises contre 25 % outre-Manche, pour une moyenne de 15 % sur les quatre pays. On observe en particulier un fort décalage entre la France et le Royaume-Uni, quant à la place accordée au leadership dans les programmes de formations.

« Pour Pascal Debordes, directeur des grands déploiements de formation et activités e-learning chez Cegos, l’explication est culturelle : contrairement aux Britanniques, les Français considèrent que seuls les managers ont besoin de développer leur leadership ». Les salariés français peu formés au leadership – Les Echos – 14 avril 2009

Et c’est là tout le problème : le leadership ne saurait se réduire à une simple prérogative managériale.

Il s’agit donc de relever deux défis :

  • Elargir notre définition du leadership
  • Distinguer « management » et « leadership » et conjuguer des formations dans ces deux disciplines, plutôt que de substituer l’une à l’autre

Vers une redéfinition de notre conception du leadership

Cette place restreinte accordée aux formations en leadership résulte de notre conception même de ce qu’est le leadership. La conception française du leadership est réductrice, comme en témoigne cette tendance à vouloir systématiquement associer les notions de management et de leadership. Il est donc indispensable de redéfinir notre définition de leadership et d’élargir ce que l’on entend par là.

« La définition anglo-saxonne du leader est plus large que la définition française et n’est pas systématiquement associée au manager ». Etude sur les modalités de formation – Observatoire Cegos

A l’instar des anglo-saxons, il est essentiel d’élargir cette notion au travail en équipe. Le leadership ne concerne pas seulement ceux qui encadrent une équipe, mais tous ceux qui travaillent en équipe, c’est-à-dire tous les membres de l’entreprise et pas seulement les managers. Chacun peut exercer son leadership à des niveaux différents, en fonction de ses attributions et sphères d’interventions.

Il existe plusieurs façons d’exercer son leadership au sein de l’entreprise :

  • au niveau managérial, bien sûr, lorsqu’une personne assoit son leadership pour manager son équipe.
  • au niveau de la gestion de projet, lorsqu’une personne se révèle déterminante pour faire avancer les choses et mener à bien des projets, sans pour autant être le chef de projet.
  • au niveau de la conduite de changement, lorsqu’il s’agit d’accompagner les bouleversements qui au sein de l’entreprise (fusion, rachat, restructuration, crise économique).
  • au niveau de la gestion de conflits, quand il s’agit d’apaiser des tensions ou résoudre des problèmes de communications, aptitudes pour lesquelles certains ont des dispositions particulières qui peuvent être précieuses à l’entreprise.

Il n’est donc pas nécessaire d’être un manager pour chercher à développer son leadership. La personnalité et les aptitudes de chacun peuvent l’amener à prendre le leadership à un moment donné au sein de l’entreprise. Ce sont les circonstances qui révèlent les aptitudes des uns et des autres à développer leur leadership en fonctions des défis à relever.

Il ne s’agit pas nécessairement de promouvoir un leader à la tête de l’entreprise, mais de déceler et exploiter le potentiel de leader de chacun dans différents domaines. Chacun peut donc être amené à prendre le leadership sur un domaine précis et révéler le leader qui est en lui à un moment donné. C’est la somme des leaderships de ses salariés qui permet à l’entreprise d’asseoir son leadership sur un marché.

Il semble donc primordial de redéfinir ce concept, qui n’est pas toujours très clair pour nombre de professionnels. Les nombreuses théories  – parfois contradictoires – qui se développées autour du leadership ne facilitent pas la tâche de ceux qui cherchent à mieux appréhender cette notion. Il serait temps de s’accorder sur une définition : qu’est-ce que l’on met dans cette thématique parfois « fourre-tout » ? Comment conjuguer ces différentes approches et comment mieux concilier le leadership avec les autres impératifs inhérents au développement efficace d’une entreprise ?

Vers une distinction du « management » et du « leadership »

Comment conjuguer formation au leadership et formation au management

Il existe en France une confusion entre les notions de management et de leadership, certains allant jusqu’à faire un véritable amalgame entre les fonctions de « leader » et de « manager ». Il est pourtant essentiel de distinguer les deux termes. Ainsi, un manager n’est pas nécessairement un leader, de même qu’on peut être un leader sans pour autant être manager (voir l’article Leader ou Manager ?). «  » »

la suite sur son blog :

http://www.antonin-gaunand.com/leadership/le-leadership-n-est-pas-reserve-aux-managers/

Publicités