Extraits d’un article de Bernard GAZIER (économiste, laboratoire Métis de l’université Paris I et CNRS) dans Alternatives Economiques.

« La valorisation des initiatives et de la réactivité et la responsabilisation conduisent à des contraintes et à des pressions accrues pour le travailleur : le management par le stress. Serait-ce une caractéristique inéluctable de notre monde flexible ? En provenance des Etats-Unis, … une équipe de chercheurs s’est penchée, entre 1995 et 1999, sur une quarantaine d’établissements industriels américains, dans trois branches aussi contrastées que possible : la métallurgie, la confection et l’imagerie médicale. Ils ont effectué des comparaisons de leur rentabilité et mesuré divers indicateurs de stress.

Ils s’attendaient à trouver une liaison positive entre les deux, le résultat est le contraire : les établissements les plus rentables sont ceux qui ont instauré un « système de travail à hautes performances », associant autonomie des travailleurs et management participatif. Et ils engendrent moins de stress que les autres !

Attention ! Tout d’abord, cette recherche ne porte pas sur les entreprises dans le tertiaire, qui emploient pourtant autour de 70% des salariés, en France comme aux Etats-Unis. Ensuite, elle ne dit pas qu’il suffit de ne pas stresser les travailleurs pour être rentable ! Elle dit que le choix d’un travail participatif non stressant est possible et peut-être compatible, dans certains contextes, avec des firmes rentables. »

MERCI à Monsieur Christian OYARBIDE   www.mortelmanagement.com (dont je recommande chaleureusement la lecture !!!!) pour la source !

Publicités