AOS Studley publie aujourd’hui les résultats d’un sondage confié à l’institut OpinionWay sur l’appréciation, par les  salariés, de leur environnement de travail.

Les résultats de l’étude montrent que les salariés portent un regard globalement positif sur leur environnement de travail. Mais l’étude révèle aussi l’absence, de la part des employeurs, d’une prise en compte de cet environnement de travail comme facteur de motivation pour leurs collaborateurs.

En quelques chiffres :

  • 69% des salariés déclarent qu’ils se sentent bien dans leur environnement de travail
  • mais 72% considèrent que leurs employeurs ne sont pas très innovants en matière d’aménagement des espaces de travail
  • et près d’1 salarié sur 2 ne fait aucun lien entre son environnement de travail et l’organisation générale et la stratégie de l’entreprise.

Un nombre croissant d’employeurs est interpellé sur le rapport entre l’organisation de l’espace et l’organisation du travail dans les fonctions tertiaires des grandes entreprises
« Dans notre métier de conseil auprès de grandes entreprises pour la gestion de leurs projets immobiliers, nous sommes naturellement en prise directe avec ce sujet », souligne Han Paemen, Directeur du département WorkPlace Consulting,  « nos interventions visent à aider les entreprises à adopter un aménagement de leurs espaces de travail en phase avec leur stratégie et leur organisation générale. Nous avons voulu voir dans quelle mesure les salariés percevaient cette relation, ou son absence, sur leur lieu de travail. »

L’étude confiée à OpinionWay s’est donc structurée autour d’une problématique centrale : dans quelle mesure la réorganisation des espaces de travail répond-il à la demande de sens, de perspectives et de projection dans l’avenir qui est à la source du mal-être de certains salariés ?

Trois enseignements ressortent du sondage réalisé :

  • les salariés expriment une opinion globalement positive sur leur lieu de travail et son aménagement
  • ils ne créditent cependant pas leurs employeurs d’un grand sens de l’innovation ni d’une grande conscience quant à l’impact de ces locaux sur leurs collaborateurs
  • au final, plus de la moitié ne voit pas de relation entre son environnement de travail, l’organisation générale et la stratégie de l’entreprise.

1- Les salariés expriment une opinion globalement positive

Les salariés donnent à leur lieu de travail une note moyenne globale de 6,6 sur 10. La localisation de ce lieu de travail est le principal motif de satisfaction (7,1 sur 10 de moyenne générale), l’aménagement des locaux obtenant la note la plus basse (6,15 sur 10).

69% des salariés déclarent qu’ils « se sentent bien » dans leurs bureaux et à 45% d’entre eux ils les considèrent comme efficients (« on sent qu’ils ont été pensés et aménagés pour que l’on y travaille »).

Ce résultat varie très peu selon que l’on soit dans la privé, dans le public, dans l’industrie ou les services, dans des sociétés de moins de 50 ou de plus de 250 salariés, à Paris ou en province.

On distingue cependant 3 grands groupes de réponses :

a) 33% des salariés interrogés qualifient leurs locaux de « motivants ».

Il s’agit principalement des salariés des grandes entreprises et des entreprises de services. Trois facteurs jouent un rôle majeur dans cette opinion favorable :

  • Lorsque les locaux sont considérés comme contribuant à l’image de marque de l’entreprise
  • Lorsque l’agencement des services permet de comprendre ce qui est important. 70% des salariés qui donnent une note de 8 à 10 à leur lieu de travail donnent ainsi une note de 8 à 10 à sa cohérence avec l’organisation de l’entreprise. Plus les salariés sont installés à proximité de ceux avec lesquels ils travaillent le plus souvent, plus cette note de satisfaction et de cohérence va être élevée.
  • Lorsque les salariés considèrent que leurs managers traitent l’environnement comme un facteur de performance

b) 23% des salariés interrogés qualifient leurs locaux de « purement fonctionnels »
Il s’agit principalement des salariés de l’industrie et des ingénieurs.
Les caractéristiques majeures de ce groupe sont les suivantes :

  • Les salariés sont installés dans des bureaux partagés
  • Les collaborateurs constatent que les locaux sont facilement accessibles aux clients et aux visiteurs et que ceux-ci comprennent facilement où se trouve tel ou tel service (et le leur disent)
  • Les salariés considèrent que le(s) bâtiment(s) est un reflet suffisamment fidèle et logique de l’organigramme de l’entreprise

c) 44% des salariés interrogés considèrent leurs locaux comme « inadéquats »
Les salariés de ce groupe peuvent travailler dans toutes sortes d’entreprises.
Les facteurs qui influent sur cette opinion négative sont les suivants :

  • Les salariés sont installés dans des bureaux partagés
  • Les collaborateurs constatent que les visiteurs ne comprennent pas où se trouvent les services
  • Les salariés considèrent que leurs managers ne traitent pas l’environnement de travail comme un facteur de performance

Les deux derniers groupes ont ceci de commun qu’ils perçoivent principalement l’environnement de travail comme une source de stress

2- Les entreprises perçues comme peu innovantes et sans grande conscience de l’impact des locaux

62% des salariés trouvent que la façon dont leur entreprise organise ses espaces de travail n’est pas différente de celle de ses concurrents.

De façon plus directe encore, ils sont 72% à considérer que leur entreprise n’est pas innovante en la matière.

Par exemple, ils sont 74% à déclarer que l’environnement de travail dans l’entreprise ne favorise pas le travail à distance.

De façon plus critique encore, 62% des salariés pensent que leur entreprise n’est pas sensible au choix de la localisation du travail sur la qualité de vie des personnes et 65% des salariés considèrent que leur employeur n’est pas sensible au stress que peuvent engendrer certains environnements de travail.

3- Environnement de travail / Organisation / Stratégie : 1 salarié sur 2 ne fait pas le lien entre ces trois sujets

La moitié des salariés ne voit généralement pas ou mal le rapport entre son environnement de travail, l’organisation générale et la stratégie de l’entreprise.

Ainsi 48% d’entre eux ne sont pas d’accord avec l’énoncé selon lequel : « la philosophie de l’organisation du travail de mon entreprise se reflète dans l’aménagement de mon lieu de travail »

De même seulement 43% des répondants sont d’accord avec l’énoncé selon lequel : « l’environnement de travail est considéré par les managers comme un facteur de performance »

Et 46% des salariés seulement sont d’accord pour dire que leur environnement de travail traduit bien les ambitions de leur entreprise.

« Ces résultats montrent combien la majorité des employeurs passent à côté du sujet quand ils abordent le sujet des locaux de leur entreprise et de leur aménagement  comme un strict sujet logistique ou technique», explique Han Paemen. « Quand les entreprises savent au contraire utiliser ce levier, elles s’ouvrent des possibilités nouvelles pour créer de la motivation, du sentiment d’appartenance, de la fierté d’entreprise » ajoute-t-elle.

Au final l’étude relève en effet qu’il n’y a pas de sentiment de confort au travail s’il n’y a pas adéquation entre l’environnement de travail et l’organisation générale de l’entreprise.

Les salariés qui se sentent le mieux au travail sont ceux qui considèrent que leur poste de travail est adapté à l’usage qu’ils veulent en faire, à la fois individuellement et collectivement, via les interactions possibles avec les collègues de travail, les clients ou tout autre personne extérieure à l’entreprise.

« C’est une attitude à la fois constructive et rationnelle : si les clients viennent difficilement, si les salles de réunion sont impossibles à réserver, si le restaurant d’entreprise est inadapté et si l’informatique fonctionne mal, installer un billard ou une console de jeux, ou encore du marbre dans le hall d’accueil ne fera pas progresser la motivation »

source http://www.opinion-way.com/

Publicités