Le Président du Sénat, Gérard Larcher, a organisé aujourd’hui le premier « Rendez-vous du Sénat » consacré à une question au cœur des préoccupations des Français : « Un nouveau pacte social est-il possible en France ? ».

Autour de deux grands témoins, Laurence Parisot, Présidente du MEDEF, et François Chérèque, Président de la CFDT , il a réuni le Ministre du Travail, Xavier Darcos, ainsi que des experts français et européens pour réfléchir à la rénovation de notre pacte social.

Analysant un sondage réalisé par TNS-Sofres sur le regard croisé des Français et des Sénateurs sur notre pacte social, ils ont partagé le constat que les valeurs auxquelles les Français sont les plus attachés mais qu’ils considèrent comme les plus menacées sont le système de santé et de protection sociale, le système de retraite, l’accès à l’emploi et l’égalité des chances. « Notre pacte social est usé. Il laisse trop de gens sur le bord de la route, tout particulièrement les jeunes, d’autant que nous ne sommes plus au temps de l’emploi à vie » a expliqué Gérard Larcher.

Renate Horning-Draus, représentant la Confédération des associations patronales allemandes (BDA), a apporté un témoignage passionnant sur la capacité des partenaires sociaux d’outre-Rhin à s’accorder sur les conditions du « travail réduit » pour faire face à la crise. Gérard Larcher a salué  la « réelle confiance qui règne entre eux et l’espace que le Gouvernement leur laisse pour qu’ils jouent collectivement et pleinement leur rôle d’acteurs responsables ». En ce qui concerne l’articulation de la démocratie sociale et la démocratie politique, il a présenté le protocole du Sénat sur l’organisation de la concertation des partenaires sociaux en cas de proposition de loi « à caractère social ». Les partenaires sociaux et le ministre du Travail soutiennent cette proposition qui a été préparée avec les présidents de la commission des affaires sociales et de la commission des lois.

Le Président du Sénat a chargé la Délégation à la prospective, présidée par Joël Bourdin, Sénateur de l’Eure, d’une mission sur la gouvernance dans les entreprises.

Enfin, sur la réforme des retraites, il a insisté sur un préalable : « La retraite, ça se prépare tout au long de la vie professionnelle, dès l’accès à l’emploi par une meilleure gestion prévisionnelle des carrières, la sécurité et la santé au travail, la prise en compte de la pénibilité. Ce n’est qu’à cette condition, que l’on peut réfléchir à l’allongement de la durée des cotisations ». C’est dans cette perspective globale, qu’il a invité la commission des affaires sociales à travailler en vue du rendez-vous sur les retraites de 2010.

plus d’info Contact presse :

Cabinet du Président Nathalie Bahier, conseiller technique chargée de la communication et de la presse : 01 42 34 38 82 ,Marion Lamure, Chargée de mission Presse : 01 42 34 36 07

Petit  commentaire personnel :

c’est très bien de lancé une mission sur la gouvernance dans les entreprises, mais au lieu de n »attaqué qu’une partie du problème, concentrons nous aussi sur la source !!

Pourquoi personne ne c’est encore demander comment, dans un très grand nombres d’entreprises si différentes de part leurs cultures et leurs domaines respectifs ,on as les mêmes maux !

Parce que l’on as les mêmes manager ?…ou plutôt parce qu’ils ont tous effectuès  les mêmes formations et cursus ?

le stress au travail est un sujet extrêmement vaste et pour l’instant tout le monde cherche a gérer  » l’urgence « .

Mais pas l’origine ……….

Si l’on veut réellement et durablement  changer une partis de l’origine, il faudra bien un jour revoir les programmes des  grandes écoles de managements et surtout leur approche comptable du facteur humain  .

N’oublions pas que l’on  est passé dans certains cas  de « service du personnel  » à «  gestion du personnel » puis  « ressource humaine  » !

il serait peut être temps de venir à « relation humaine  » !
amha

Publicités