Un tribunal catalan a jugé qu’insulter son patron n’était pas un motif de licenciement et a ordonné la réintégration d’un employé licencié


En 2008, un employé a insulté son patron de « fils de p*** » lors d’un échange houleux concernant une question d’argent. Licencié immédiatement, l’employé a alors porté l’affaire devant les tribunaux, jugeant le motif de licenciement erroné. Après avoir perdu son premier procès et fait appel, l’homme a eu gain de cause. La juge responsable de l’affaire considérant que « la dégradation sociale du langage fait que les expressions utilisées sont devenues couramment utilisées dans certaines circonstances, notamment lors de disputes ».

Le patron insulté a donc reçu l’ordre de réintégrer son employé et de lui verser une compensation de près de 6500 euros.

Et en Italie cela  donne quoi ? 😉

Publicités