Un article paru sur le site belge « 7 sur 7 » est consacré à une récente étude menée par l’équipe de Lisa Vizer de l’University of Maryland, Baltimore County. Cette étude montrerait que l’utilisation d’un clavier d’ordinateur est modifiée lorsque qu’apparaissent des troubles cognitifs. Il semblerait que l’analyse de la manière dont le clavier est utilisé pourrait permettre de déceler des troubles tels que les démences.

Il est à noter que le stress influencerait différemment la manière d’utiliser le clavier selon qu’il soit d’origine physique ou psychique. « Il est alors apparu que le stress cognitif causait plus de changements au niveau de la manière de taper, et que le stress physique influençait plutôt les caractéristiques linguistiques. Par exemple, le stress cognitif entraînait une augmentation de l’emploi de la touche « caps lock » (verrouillage des majuscules) et réduisait l’utilisation de la touche « backspace » (effacer) ».

L’utilisation de ces changements d’utilisation du clavier comme outil diagnostic semble en revanche encore précoce.

Publicités