Stefan Einhorn est professeur d’oncologie au Karolinska Institute et consultant spécialisé en oncologie à l’hôpital universitaire Karolinska, en Suède.

Dans un ouvrage écrit en 2005 et intitulé « L’Art d’être bon », il explique en quoi la véritable gentillesse est bonne pour la santé.

« Celui qui fait preuve d’amabilité et d’empathie et pratique la gentillesse avec intégrité, solidarité et quelque fois courage, a compris l’intérêt qu’il pourrait tirer à l’être. Il sait qu’il a tout à gagner à être bon. La gentillesse authentique, c’est-à-dire non feinte et sans une quelconque attente de “ retour sur investissement ”, est sans doute la stratégie la plus habile pour mener une vie épanouie. Les bonnes actions sont toujours récompensées car les bienfaits que nous prodiguons aux autres nous reviennent d’une façon ou d’une autre. La bonté est une spirale vertueuse ».

Des propos qui font écho à la célèbre phrase de Hans Selye, « l’altruisme égoïste », qui illustre le fait que « quand on fait le bien, on se fait du bien ». C’est aussi ce qui explique que l’un des « outils » de « la valise du bonheur » de nos amis canadiens est « l’engagement dans une cause d’intérêt général ».

L’explication à cet état de fait pourrait venir du fait que lorsque l’on fait le bien, même si on ne le fait pas pour cela, on se fait plaisir. Or, on sait maintenant que le plaisir contribue à annihiler la toxicité du stress.

Un autre article paru le 28 août 2008, sur le site Internet du « Center for the advancement of health » aborde une étude du Professeur Siahpush , professeur de promotion de la santé à l’Université de Nebraska (U.S.A.).

Cette étude, parue dans la revue de Septembre – Octobre de l’American Journal of Health Promotion, montre l’influence indiscutable du bonheur et de la satisfaction de la vie sur la santé !

Cette étude a été réalisée auprès de 10000 australiens et l’on s’est aperçu que les personnes qui se déclaraient très heureuses et globalement satisfaites de leur vie en 2001 étaient celles qui étaient en meilleure santé en 2004.

Les gens satisfaits de leur vie en 2001 étaient 1,6 fois plus nombreux à être en excellente, très bonne ou bonne santé en 2004.

Ces résultats sont d’autant plus intéressants qu’ils sont indépendants d’autres facteurs pouvant influer sur la santé : l’âge, le tabagisme, la pratique du sport ou la consommation d’alcool.

« Nous avons trouvé des preuves solides que le bonheur et la satisfaction de la vie ont un effet sur nos indicateurs de la santé»  a déclaré le Professeur Siahpush.

« Il y a des indications qui montrent que si vous devenez plus heureux et satisfait de votre vie, vous avez tendance à devenir plus sain ainsi» affirme le Professeur Siahpush.

Voilà une nouvelle preuve de la nécessité de cultiver le plaisir à tout niveau, y compris professionnel.

PHILLIPE RODET  /STRESS INFO.ORG

Publicités