Nombreuses sont les difficultées, mais une des premières c’est qu’il n’y a pas encore de réels acteurs dominants ; exception faite pour le spa des cinq mondes dans le secteur de la franchise haut-de-gamme.

Je dirais même qu’en dehors de quelques très rares enseignes qui se développent en franchise, c’est une véritable jungle !

C’est un marché qui a connu près de 65 % d’augmentation sur cinq dernières années qui restent encore avec un développement aux alentours de 25 % mais qui ,si il s’avère particulièrement prometteur, recèle quelques pièges redoutables que semblent oublier la plupart des créateurs.
la plupart des gens qui montent des centres bien-être que ce soit des spa, des D spas ,ont tous tendance à faire les mêmes erreurs.
Première erreur l’emplacement : si vous ne bénéficiez pas de l’emplacement de type 1, 1bis (c’est-à-dire ceux offrant le plus de fréquentation et de passage )  gamelle assurée !
Deuxième erreur toujours concernant le local : la plupart des gens ont eu tendance à monter des centres beaucoup trop importants que ce soit en taille ou en effectifs. J’entends encore très régulièrement parler de centres de 200 à 300 m² qui coûtent des fortunes en aménagement et en loyer. je rappellerai juste au passage que le cout moyen au mètre carré pour l’élaboration d’un spa oscille entre 1500 à plus de 3500 € au mètre carré ! On peut certes, trouver beaucoup moins cher et faire moins cher, mais il ne faut surtout pas négliger l’aspect environnement et image de marque qui sont très chères aux clients.
Troisième erreur la plus souvent faite : c’est de négliger le turnover de la masse salariale ainsi que ses coûts de formation, sa spécialisation et sa fidélisation. Les très bons praticiens sont extrêmement rares, il en existe fort heureusement ! il faut savoir, par exemple, qu’il faut presque 10 ans pour avoir un véritable maître shiatsu ! Cependant vous trouverez des gens avec des formations plus rapides sans que forcément cela rabaisse leur niveau de qualité bien au contraire ! La vraie difficulté n’est pas tant de les trouver mais de les fidéliser et surtout de les former ! Les modes et pratiques dans le Spa chargent presque tous les six mois. Une année c’était la mode du massage bambou, une autre celle au chocolat, dernièrement celle aux produits bio, au pierres chaudes etc..
Vous l’aurez compris encore une fois, la formation représente un poste non négligeable si vous voulez pouvoir fidéliser nos clients ! Le vrai souci ce qui est un domaine très soumis au phénomène de mode. Vos clients savent ce qu’ils veulent, et plus ils s’intéressent au domaine, plus ils sont exigeants et en quête de nouveautés. Et comme dans toutes les entreprises commerciales, quand un praticien réalise ,qu’à lui seul, il représente une part non dirigeable du chiffre d’affaires due la fidélisation de ses clients, il en vient fatalement se poser la question : pourquoi je me lancerai pas en solo ! C’est un cas extrêmement fréquent y compris pour les plus grands établissements (je pense notamment à une ancienne masseuse du Ritz club)

quatrième erreur valable uniquement dans le cadre d’un spa véritable ( c’est-à-dire avec des circuits de balnéothérapie ,hammam etc) ce sont les contraintes budgétaires dues à leur installation (extrêmement chères et spécialisés) mais surtout à leur entretien et aux normes sanitaires qui en découlent ! J’ai déjà vu un certain nombre de centres qui ont complètement négligé cet aspect ce qui les a amenés soit à la fermeture administrative soit au dépôt de bilan !

Mais rassurez-vous, cela reste un domaine particulièrement passionnant et qui peut dégager de très belles marges à condition que vous ayez bien intégrée les différents pièges et surtout avec des études de marché au niveau local particulièrement pointu !

Publicités